#MondoblogDakar 2013 : Je refuse de passer l’affaire sous silence !

Du 6 au 14 avril dernier, l’équipe de l’Atelier des médias de la Radio France Internationale (RFI) était au Sénégal pour la formation de 52 blogueurs travaillant sur sa plateforme « Mondoblog ». Elle regroupe, depuis trois ans, 231 blogueurs francophones répartis dans une quarantaine de pays à travers monde. Retour sur les 10 jours de périple dans la ville de Dakar, que je refuse de passer sous silence.

Une vue de la publication du compte rendu de la formation des mondoblogueurs à Dakar, dans un journal ivoirien. Crédit photo: quotidien Le Mandat
Une vue de la publication du compte rendu de la formation des mondoblogueurs à Dakar, dans un journal ivoirien. Crédit photo: quotidien Le Mandat

Oui ! Ce n’était pas un poisson d’avril. Comme je l’ai cru au départ. Les cinquante-deux « mondoblogueurs » venus de 26 pays, dont 7 de la Côte d’Ivoire, « Suy Kahofi,Moussa BambaCyriac GbogbouAly CoulibalyEmile BelaFofana Baba Idriss…», se sont retrouvés « en chair et en os » au pays de la Téranga.

Mais comment y sommes-nous parvenus ? En effet, suite à un concours lancé en août 2012 par RFI, 150 candidats ont été retenus sur plus de 700 candidatures enregistrées. Mis en compétition durant 6 mois, seulement 52 ont pu être sélectionnés sur des critères d’assiduité, de qualité et d’implication. Sans un quelconque copinage, ce sont donc « les meilleurs des meilleurs » qui ont débuté leur formation le 7 avril par une excursion sur l’île de Gorée au Sénégal.

Le dimanche 07 avril 2013, nous sommes à la gare maritime de Dakar, en vu d'embarquer pour l'île de Gorée. Crédit photo: FBI
Le dimanche 07 avril 2013, nous sommes à la gare maritime de Dakar, en vu d’embarquer pour l’île de Gorée. Crédit photo: FBI

Loin d’être en villégiature, le séjour des lauréats n’a été de tout repos. Durant 10 jours, au Campus numérique Léopold Sédar Senghor de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) de Dakar, ils ont reçu une formation intensive aux « techniques du journalisme et aux outils 2.0 : écriture, recherche et vérification de l’information, édition, réseaux sociaux… ». Aux premières heures des travaux, le responsable de l’Atelier des médias RFI, Ziad Maalouf, a fait un tour d’horizon sur le fonctionnement et la charte qui régit la plateforme hébergée par Mondoblog. Il nous a expliqué comment les articles et les billets des blogueurs arrivent à la une de la plateforme. « En tant qu’hébergeur de la plateforme, nous n’avons pas le droit de publier des articles et des billets à caractère homophobe par exemple. Vos écrits doivent comporter moins de coquilles et vous ne devez pas publier des contenus qui ne vous appartiennent pas », a éclairé Ziad.

Le samedi 06 avril 2013, Ziad Maalouf donne les instructions sur la formation aux mondoblogueurs, à l'AUF. Crédit photo: Marthe Le More
Le samedi 06 avril 2013, Ziad Maalouf donne les instructions sur la formation aux mondoblogueurs, à l’AUF. Crédit photo: Marthe Le More

Ajouté à cela, nous avons pu bénéficier des connaissances sur la surveillance et le piratage informatique. Grégoire Pouget, de Reporters sans Frontière (RSF), en bon ‘’hacker’’ a livré un cours sur les « Mille et une astuces pour contourner la censure ».

Comment protéger les données en ligne ?

Fofana avec Grégoire Pouget de RSF. Crédit photo: Fatoumata H
Fofana avec Grégoire Pouget de RSF. Crédit photo: Fatoumata H

Comme par exemple, l’utilisation des « phrases de passe » à la place des « mots de passe » pour protéger ses activités en ligne. « Il faut oublier la notion de mot de passe et penser aux phrases de passe. Parce qu’un mot de passe ne comporte que 7 à 10 caractères avec des chiffres courts, qu’on peut facilement craquer. Alors qu’une phrase de passe comporte des virgules, des espaces d’une quarantaine de caractères assez spécifiques, qui ont une longue durée de vie », a préconisé l’envoyé de RSF.

Pierrick De Morel et Raphaëlle Constant, tous deux journalistes et administrateurs de la plateforme, ont formé les blogueurs sur l’« Edition d’un billet ». Nous nous sommes rendu compte que cela part de la correction de nos billets à leur mise en forme, en passant par l’insertion « des liens et des vidéos » afin de les rendre plus qualitatifs. D’autant plus que les formateurs tenaient à préciser qu’« être blogueur ne signifie pas qu’on est Journaliste », même si plusieurs d’entre nous le sont.

Pierrick De Morel et Raphaëlle Constant ont été d'un apport inestimable pour les mondoblogueurs. Crédit photo: Gaïus Vagheni Kowene
Pierrick De Morel et Raphaëlle Constant ont été d’un apport inestimable pour les mondoblogueurs. Crédit photo: Gaïus Vagheni Kowene

Mais, l’Institut français, à travers Moamar Cissé, professeur à l’Université Cheick Anta Diop (UCAD), au Département des Sciences du langage et de la communication, a enseigné aux blogueurs « le style utiliser pour écrire dans un blog ». Contrairement au journaliste, Moamar Cissé nous a expliqué que le blogueur doit adopter le langage de l’action, de l’engagement. « Le blogueur peut se permettre une certaine liberté d’écriture auxquelles le journaliste n’a pas droit. Mais, les deux ont pour but de rendre accessible leurs publications au plus grand nombre de lecteurs », soulignait-il.

Toutefois, le professeur en Sciences du langage a fait savoir que l’article d’un blogueur devrait quelque fois répondre à une structuration journalistique : c’est-à-dire comporter un titre, un chapeau, une attaque, et un intertitre. Tout en utilisant un français facile et accessible (sujet-verbe-complément), pour être lu et compris. Joignant l’utile à l’agréable, l’écrivaine franco-sénégalais, Khadi Hane a dirigé un atelier d’écriture au cours duquel, nos deux groupes de blogueurs avons produit des billets autour de deux thèmes dont « le Riz » et « la Liberté ». L’auteur ‘’Des fourmis dans la bouche’’, nous a instruit qu’« il n’y avait pas un style particulier pour écrire et animer un blog. Mais, qu’il fallait plutôt être original, et savoir s’exprimer en toute franchise ». A l’image de la publication des images amateurs.

Lors de l'atélier d'écriture dirigé par l'écrivain Khadi Hane, le 19 avril 2013, au campus numérique francophone de l'AUF. Crédit photo: Marthe Le More
Lors de l’atélier d’écriture dirigé par l’écrivain Khadi Hane, le 19 avril 2013, au campus numérique francophone de l’AUF. Crédit photo: Marthe Le More

Distinguer le vrai du faux !

Le module consacré à cet effet, a été l’affaire du célèbre Julien Pain de l’émission «l’Observateur de France 24 ». Selon lui, « toute image venant de personnes extérieures devraient être vérifiées avant toute publication ». Car, nous a-t-il mis en garde, « des gens essaient de manipuler les médias en balançant du faux ». Pour preuve, il n’a pas hésité à brandir une image que des pro-Gbagbo avaient envoyée à France 24, concernant des événements du camp de Nahibly à Duékoué, montrant une personne en train d’être brûlée par les flammes, faisant croire que c’étaient des pro-Ouattara qui s’adonnaient à cette pratique. « Après vérification, France 24 s’est rendue compte qu’il s’agissait d’une image venue du Congo », a-t-il attiré l’attention des blogueurs. A en croire notre formateur, il y a deux méthodes pour vérifier une image. A savoir : l’analyse des métadonnées permettant d’avoir une idée de l’appareil ayant servir à la prise de vue et la multiplication des sources (témoins directs, habitants, médias, ONG…).

Julien Pain, Responsable éditorial du site et de l'émission des @observateurs de @france24, a demontré son savoir faire en matière de vérification d'images aux mondoblogueurs. Crédit photo: FBI
Julien Pain, Responsable éditorial du site et de l’émission des @observateurs de @france24, a demontré son savoir faire en matière de vérification d’images aux mondoblogueurs. Crédit photo: FBI

Enfin, mes frères et sœurs mondoblogueurs et moi avons terminé notre périple par le module de formation dispensé par Simon Decreuze sur les « images et formats d’image » que les mondoblogueurs doivent, désormais, utiliser pour illustrer leurs billets sur la plateforme du « monde des blogs ».

Malgré le long micro qu'il porte, Simon Decreuze est un Expert en montage d'image. Crédit photo: FBI
Malgré le long micro qu’il porte, Simon Decreuze est un Expert en montage d’image. Crédit photo: FBI

C’est le lieu pour moi de préciser que cette deuxième session de formation des mondoblogueurs qui s’achève, débouchera sur l’élaboration d’un webdocumentaire, coiffé par la réalisatrice Marthe Le More en co-réalisation avec Elliot Lepers.

Marthe Le More est chargé de produit un webdocumentaire sur les mondoblogueurs de la session 2013. Crédit photo: FBI
Marthe Le More est chargé de produire un webdocumentaire sur les mondoblogueurs de la session 2013. Crédit photo: FBI

Autant dire qu’après la première session organisée en avril 2011, l’objectif de l’équipe de l’Atelier des médias RFI reste le même : Développer une blogosphère en langue française de qualité dans les pays du Sud. Voilà pourquoi j’ai refusé de me taire !

FBI

The following two tabs change content below.
Fofana Baba Idriss
Journaliste-Blogueur, communicateur, marketeur, web activiste, volontaire de la bonne cause !

13 commentaire sur “#MondoblogDakar 2013 : Je refuse de passer l’affaire sous silence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *