Candidature de Ouattara, les « forces rétrogrades » à combattre

Article : Candidature de Ouattara, les « forces rétrogrades » à combattre
26 août 2020

Candidature de Ouattara, les « forces rétrogrades » à combattre

Parlant des violences qui découleraient de la décision d’Alassane Ouattara d’être candidat à nouveau, j’ai écouté une petite intervention du jeune loup du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) – le parti au pouvoir – que je ne veux pas laisser passer. Touré Mamadou, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes, puis porte-parole adjoint du gouvernement ivoirien et du RHDP. Morceaux choisis…


Dans son intervention, au travers de cette vidéo, il s’insurge contre les violentes manifestions qui ont lieu ces derniers temps en Côte d’Ivoire à deux mois de la présidentielle d’octobre 2020. Il a surtout attiré mon attention lorsqu’il a parlé avec son cœur aux jeunes ivoiriens qui se laisseraient manipuler par les différents partis politiques ivoiriens. Que ce soit son propre camp à savoir le RHDP et les partis issus de l’opposition, dont le PDCI et le FPI.

J’ai admiré le courage de ce jeune cadre du RHDP lorsqu’il reconnaît qu’il y a des « forces rétrogrades dans tous les partis politiques ». Il va plus loin en disant qu’il faut « combattre ces forces rétrogrades » pour la paix en Côte d’Ivoire. D’autant plus que, d’après Mamadou Touré, « personne n’est prisonnier d’un parti politique ».

« Personne n’est prisonnier d’un parti politique »

Estimant que « la liberté, c’est la capacité à dire non », M. Touré soutient qu’un militant du RHDP ou de tout autre parti politique doit refuser d’exécuter un mot d’ordre si cela va en contradiction avec ses valeurs et ses principes. « Je suis RHDP. On me donne un mot d’ordre. Si je vois que le mot d’ordre qu’on me donne est en contradiction profonde avec mes valeurs, les principes auxquels je crois, je dis non. Parce que c’est moi qui adhère à un parti. J’ai des valeurs, j’ai des principes. C’est parce que je retrouve ces valeurs dans le parti politique que j’adhère au parti politique ».

Franponnage politique

🟥 Merci à Mamadou Touré pour ce message qui s'adresse également aux militants de son propre camp! #ForcesRetrogrades #RHDP #PDCI #FPI #CIV2020

Publiée par Les Vis-à-Vis de FBI sur Mercredi 26 août 2020

J’imagine que les forces rétrogrades doivent détester en ce moment la tête du porte-parole adjoint du RHDP, qui a frappé là où ça fait mal. Ils sont nombreux ces personnes nébuleuses qui manquent de courage pour appeler un chat un chat au sein des partis politiques. À ces personnes qui sont devenues plus royalistes que le roi, allez-vous combattre Mamadou Touré pour ses prises de position?

A-t-on besoin de s’illustrer de la plus mauvaise des manières dans un parti politique pour se faire de la place au soleil? Le jeune ministre du gouvernement dirigé par Hamed Bakayoko demande aux jeunes de refuser de brûler des pneus et de s’en prendre à des biens et des personnes pour faire plaisir à un homme politique qui ont soif du pouvoir tout en étant incapable d’aller à un jeu démocratique.

Rien ne peut arrêter Ouattara encore…

Justement, parlant de jeu démocratique, le jeune cadre du RHDP met un point d’honneur sur la question de la prochaine joute électorale. Depuis l’annonce de la candidature du président Alassane Ouattara pour le compte du RHDP, j’ai l’impression que certains hommes politiques font des mains et des pieds pour ne pas qu’il y ait élection le 31 octobre 2020. Des gens vont jusqu’à demander la recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) et même le remplacement du président de la CEI. Pourquoi maintenant? Tout simplement parce que le président Ouattara a décidé, contre toute attente, d’être candidat en 2020.

Pour ma part, je n’ai jamais voulu m’immiscer dans le débat de l’article 183 de la nouvelle constitution ivoirienne adoptée par référendum le 30 octobre 2016. D’ailleurs, je crois que le débat sur l’éligibilité d’Alassane Ouattara pour un autre mandat est bouclé. Si les marches organisées par l’opposition et les violences commises de part et d’autre n’ont pas empêché l’investiture d’ADO en qualité de candidat du RHDP le samedi 22 août et le dépôt de sa candidature à la CEI le lundi 24 août, il est temps que l’opposition chausse ses bottes pour l’affronter dans les urnes.

Il est vrai que je fais partie de ceux qui ont acclamé Ouattara lorsqu’il a décidé le 5 mars de ne pas se représenter, en même temps j’ai critiqué sa volte-face quand le même Ouattara a dit qu’il reconsidérait sa position pour être candidat finalement. Mais ce n’est pas parce que Ouattara est candidat que nous devons brûler la Côte d’Ivoire. Si la Côte d’Ivoire brûle est-ce que ce sera à Ouattara qu’on aura fait du mal?

À lire aussi : Présidentielle 2020 : Ouattara franchit le Rubicon d’un 3e mandat

Partagez

Commentaires

Salimata Koné
Répondre

Bonne question. Que les jeunes comprennent que la Côte d'Ivoire doit passer avant l'intérêt de ses politiciens qui ne pensent qu'à leur propre estomac.

Sam Issiaka Samassi
Répondre

Bonjour le frère Fofana
Merci pour ta contribution.
Moi aussi je vais m’attarder sur la citation du jeune ministre Mamadou Touré et en soulever une question;
Il dit:
« Si je vois que le mot d’ordre qu’on me donne est en contradiction profonde avec mes valeurs, les principes auxquels je crois, je dis non. Parce que c’est moi qui adhère à un parti. »
La question qui se pose à ici est la suivante:
Quelles sont les valeurs de ses jeunes là qui se laissent manipuler?

La plupart sont dans la vingtaine, donc sont nés aux alentours de 2010. Disons de manière plus large entre 1999 et 2011.
Ce sont des périodes marquées par la violence, les grèves, les casses, les meurtres etc.. ces actes ont marqué leur vie, ont imprimés leur ADN et determine en quelque sorte leur valeur ou du moins l’influence fortement. Une forte et patiente rééducation leur sera nécessaire pour qu’ils ( en tout cas la majorité) puisse arriver à distinguer le bien et du mal. Car je ne pense pas qu’il sont conscients qu’ils se font manipuler.

Quand la décision d’Allasane Ouatarra de briquer un 3ème mandat ( en cumulatif) sinon un 1er mandat de la 3ème république, je crois que tout cela ne sont que des mots qui engendre des réactions émotives !
Au fait, qu’il ait dit qu’il ne se présenterait pas et qu’après qu’il décide de se présenter, en quoi cela doit-il poser problème à quiconque ? C’est sa propre parole et sa propre décision.
Pourquoi même faut-il être content et applaudir quand il dit ne pas se représenter alors qu’on est tous unanime qu’il fait du bon travail pour le pays ?
Tant que cela est dans le respect de la constitution c’est son plein droit et pour ces partisans et même pour le développement de la Côte d’Ivoire c’est un devoir.

S’il s’git de l’interprétation de l’article 183 de la constitution, alors Il revient au conseil constitutionnel de trancher et non à ses adversaires d’en décider. Ce serait trop facile n’est-ce pas ?.
Par ailleurs, s’il s’agit de sa parole donnée et qu’on vehicule qu’il aurait changé d’idée, et alors ? Est-ce un crime de changer d’idée ?
Je ne voudrais même pas évoquer ici les raisons qu’il a donné et que nous savons tous du fait qu’il pose sa candidature. Mais diantre il n’a même pas besoins de se justifier.
Il n’a pas changé d’idée, il a fait ce qu’il a dit qu’il ferait et il a dit aussi que si Bédié se présente il se présentera. Cela n’est pas une parole aussi du même monsieur ?
Pourquoi les gens occulte ce deuxième volet de la même parole ? Juste parce que ce sont ces adversaires et la répètent en omettant volontairement ce versant. .
Certains veulent être plus royalistes que le roi en parlant d’honneur, foutaise.
Mais pourquoi c’est eux qui se préoccupent de l’honneur de quelqu’un qu’ils détestent et combattent ?
D’autant plus que même encore là en parlant d’honneur et respect de sa parole, il l’a fait en désignant AGC, malgré qu’il ait dit qu’il se présenterait si l’autre vieux se présente et ce, en connaissance de cause. Soyons sérieux!
Des gens haineux méprisent ce monsieur, mais ils va en trouver des centaines de milliers d’autres qui l’aiment. Et seuls les ivoiriens que nous sommes allons décider de qui va être notre président sans exclure quiconque de manière arbitraire ou sentimentale.
Allassane n’est pas obligé de donner la place à un plus jeune ! Ce n’est pas une obligation? D’ailleurs la constitution qu’on a voté a fait passer l’âge de la candidature de 75 ans à 85 ans et en même temps vous dite qu’il devrait passer la main à une nouvelle génération. On devrait plutôt s’opposer à la constitution dans ce cas. On ne peut pas avoir une chose et son contraire.
Par ailleurs en même temps que vous dite cela au sujet d’Allasane vous trouvez normal que Bedié qui a été deux fois président aussi et qui encore plus âgé se présente. Mais attendez on est où là ? d’après les ivoiriens
Bref, on a assez parlé. La haine e c’est de cela qu’il s’agit ne s’imposera pas en Côte d’Ivoire.. nous seront là pour le combattre et après nous les générations futures continueront le combat jusqu’à l'éradication totale de ce comportement grégaire et rétrograde.

Sam Issiaka Samassi
Informaticien au Canada