Côte d’Ivoire : les faux médicaments remplace la drogue

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 15% de faux médicaments sont vendus dans le monde dont 70% sont consommés en Afrique. Un fléau qui fait « ravage » en Côte d’Ivoire.

C’est inquiétant. La criminalité pharmaceutique semble avoir pris le pas sur la vente de la drogue en Côte d’Ivoire. Suite à l’opération ‘’Porc-épic’’ lancée par le Bureau central de Interpol (Bcn-Interpol Abidjan), 176 tonnes de produits médicaux contrefaits, d’une valeur de 10 milliards FCFA, ont été saisies sur les marchés de six grandes régions en Côte d’Ivoire.

C’est le Commissaire Angui Eboi, chef du Bnc-Interpol qui a livré l’information, le vendredi 30 mai 2014, lors d’un point de presse à la direction de la police criminelle d’Abidjan-Plateau. Face à la montée en puissance de ces réseaux mafieux, l’Organisation internationale de la police criminelle (OIPC-INTERPOL) a décidé de mener une lutte acharnée contre ce fléau transnational. Angui Eboi a confié que c’est en collaboration avec les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), qu’une action simultanée de police dénommée ‘’Opération Porc-épic’’ a été lancée.

L'OIPC-INTERPOL veut éradiquer la vente de faux médicament en Côte d'Ivoire. Ph: FBI
L’OIPC-INTERPOL veut éradiquer la vente de faux médicament en Côte d’Ivoire. Ph: FBI

En Côte d’Ivoire, il a révélé que l’opération a été conduite à Abidjan notamment à Adjamé, Bouaké, Bondoukou, Bonoufla, Man et San-Pedro. « Dans sa mise en route, cette mission a été placée sous la coordination du BCN-INTERPOL Abidjan, sous la responsabilité des parquets généraux près les Cours d’appel d’Abidjan, Bouaké, Daloa et sous la supervision de chaque préfet de police qu’assistaient les chefs d’Escadron de la gendarmerie », a précisé le patron du Bcn-Interpol. Ajoutant que l’opération a impliqué tous les acteurs chargés de l’application de la loi, à savoir la police, la gendarmerie, la douane et les partenaires que sont l’OIPC-INTERPOL, les FRCI, l’ONUCI, le ministère de la Santé et l’Ordre des pharmaciens.

26 personnes arrêtées

Ainsi, dans le District d’Abidjan, 65 tonnes de produits médicaux contrefaits ou interdits sur le marché ont été saisies. 1, 5 tonne à Bondoukou, 18 tonnes à Bouaké, 50 tonnes à Bonoufla, 42 tonnes à Man et 150 kg à San Pedro. Au total, 176,65 tonnes de faux médicaments ont été saisies et 26 personnes ont été interpellées par l’OIPC-INTERPOL. « A la lumière de la présente opération, force est de constater que les produits pharmaceutiques contrefaits ont largement envahi nos marchés, si bien que chaque contrée de la Côte d’Ivoire abrite son réseau d’approvisionnement, son magasin de stockage et son box de vente », a déploré le Commissaire Angui Eboi.

Le Commissaire Angui Eboi au centre, sur la photo. Ph: DR
Le Commissaire Angui Eboi au centre, sur la photo. Ph: DR

Le flic a expliqué que les criminels ont jeté leur dévolu dans la vente de produits pharmaceutiques contrefaits. Une activité où ces personnes de mauvais acabits prospèrent. L’Officier de police a même révélé que la loi ivoirienne est moins répressive en la matière. Contrairement à la vente de la drogue où les malfrats sont sévèrement punis alors qu’ils y gagnent moins.

Il est temps de tirer la sonnette d’alarme. Nos populations ne trouvent pas mieux que d’aller se ravitailler en médicament sur le marché noir. Pourtant, la plupart de ces produits pharmaceutiques sont antidatés où même périmés. D’autant que ces vendeurs qu’on pourrait qualifier de ‘’marchants de la mort’’ sont devenus experts en avec le marquage de date récente sur les flacons de médicament. Chose qui va contribuer inévitablement à la mort.

Une photo du logo de l'OIPC-INTERPOL, le bureau d'Abidjan. Ph: FBI
Une photo du logo de l’OIPC-INTERPOL, le bureau d’Abidjan. Ph: FBI

Hier, c’était « l’opération NAWA » dans la région de Soubré qui visait à soustraire les mineurs victimes de traite des zones aurifères et des plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, c’est l’opération ‘’Porc-épic’’ touchant les produits pharmaceutiques sur l’ensemble du territoire national ainsi que les Républiques sœurs de la CEDEAO.

C’est le lieu de crier un holà. L’opération ‘’porc-épic’’ mérite d’être intensifiées et menées de façon régulière. L’OIPC-INTERPOL doit poursuivre courageusement son action en faveur de la lutte contre la criminalité transnationale organisée sous toutes ses formes.

FBI

Classe thérapeutique des médicaments saisis:
Antalgique ;
Anti-inflammatoire ;
Complément alimentaire ;
Antipaludique (retiré de la vente ex : Chloroquine et Ammoniaque) ;
Antituberculeux (gratuit) ;
Antianémique ;
Anti-hémorroïdaire ;
Antituberculeux ;
Antibiotique ;
Déparasitant ;
Dysfonctionnement érectile (aphrodisiaque) ;
Dysménorrhée (règle douloureuse) ;
Contraceptifs oraux et injectables ;
Eau pour préparation injectable ;
Psychotrope ;
Précurseur (alcool éthylique) ;
Matériel médical (kits de césarienne, d’accouchement, test rapide : grossesse-palu-diabète) ;
Anti-hypertension ;
Antitussif ;
Soluté et autres…

Source : OIPC-INTERPOL

The following two tabs change content below.
Fofana Baba Idriss
Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où j'anime notamment des chroniques politiques et parle aussi de culture et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, j'ai occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

2 commentaires sur “Côte d’Ivoire : les faux médicaments remplace la drogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *