9 ans après Kieffer, le Journaliste Franco-canadien introuvable

Article : 9 ans après Kieffer,  le Journaliste Franco-canadien introuvable
17 avril 2013

9 ans après Kieffer, le Journaliste Franco-canadien introuvable

16 avril 2004 – 16 avril 2013, cela fait exactement 9 ans que le plus médiatisé des Franco-canadiens, que j’ai nommé Guy-André Kieffer est porté disparu à Abidjan. L’hypothèse d’un enlèvement pour des raisons politiques est probable. Celle de son assassinat sous le régime de Laurent Gbagbo n’est pas exclue. Aujourd’hui, plus que jamais, sa famille, ses confrères et ses amis sont déterminés et convaincus que la vérité éclatera un jour sur cette affaire. Mais comment ?

En effet, l’homme a été enlevé dans l’après-midi du 16 avril 2004 par des ‘’Escadrons de la mort’’ à la solde de l’ex-couple présidentiel « Simone-Gbagbo ».

Tenez-vous bien ! Je n’invente rien du tout.

S’il est vrai que « la parole s’envole, mais sachez que les écrits restent ». Surtout à l’heure du numérique. Vous pouvez fouiner ces propos du Juge en charge de l’affaire Kieffer, Patrick Ramaël. Qui, après ses profondes investigations en Côte d’Ivoire, a découvert que ce ‘’commando’’ proche de la présidence ivoirienne était composé de membres des services de renseignement ivoirien de l’époque des « Refondateurs ».

Certains de ces preuves, aussi plausibles qu’elles puissent l’être, indiquent d’ailleurs que le Journaliste franco-canadien a été victime d’un piège tendu par un certain Michel Legré, qui serait le beau-frère de Simone Gbagbo. C’est ce dernier qui lui aurait donné rendez-vous sur le macadam d’un supermarché où l’enlèvement a eu lieu le 16 avril 2004, aux environs de 13h15. Depuis ce jour noir, c’est un 6 mai de la même année sombre – où des pseudos ‘’Jeunes patriotes’’ lançaient le concept : « A chacun son blanc » – que sa voiture a été retrouvée abandonnée dans les décombres.

Je ne cherche pas à faire avaler quoi que ce soit, à qui que ce soit. Mais, une chose est sûre et certaine : Guy-André Kieffer n’est pas venu de lui-même en Côte d’Ivoire, comme à une balade touristique dans la ville de Grand-Bassam.

Ne le saviez-vous pas?

Lorsqu’en 2OO2, après l’accession de l’ancien président Laurent Gbagbo au pouvoir d’Etat, dans des conditions calamiteuses, – chose qu’il ne s’empêchait pas de dire – des malversations éclatent dans la filière café-cacao, (vous connaissez la suite à savoir le détournement des 100 milliards F CFA pour l’achat d’une usine de transformation du Cacao qui n’a jamais existé aux Etats-Unis), l’époux de Simone Ehivet et de Nadiana Bamba fait appel à l’homme de la situation. Spécialisé dans le Journalisme économique et Professionnel des matières premières comme le Cacao, où la Côte d’Ivoire reste le 1er producteur au monde, Guy-André Kieffer sera chargé par le président Gbagbo de faire un audit sur ladite filière, qui courait à sa perte.

L'ex-président Laurent Gbagbo en compagnie de sa ''première'' femme Simone Ehivet. Crédit Photo: Reuters
L’ex-président Laurent Gbagbo en compagnie de sa  »première » femme Simone Ehivet. Crédit Photo: Reuters

Un travail qu’il réussi brillamment, puisque ses premiers rapports mettent très rapidement en exergue les déboires du système cacaoyère dont les planteurs sont les premières victimes. Quoi de plus normal à pousser le bouchon plus loin. Alors, l’homme de Laurent Gbagbo élargit le champ de ses investigations au financement des ventes d’armes en Côte d’Ivoire, des groupes rebelles du Libéria, de la Banque Nationale d’Investissement (BNI) et du paiement des salaires des fonctionnaires de Guinée-Bissau par la Côte d’Ivoire.

Quand un Expert se perd !

Ce que l’Expert Journaliste-économiste-enquêteur a oublié, c’est que son ‘’tuteur présidentiel’’ préparait la guerre contre la rébellion de 2002, qui venait d’attaquer son régime. Or, Kieffer ne voulait, pour rien au monde cacher la vérité sur ce qui se passait en Côte d’Ivoire, à travers le Cacao des ‘’pauvres’’ planteurs ivoiriens. Il écrivait sous différents pseudo-journalistiques des articles dans la presse ivoirienne et internationale notamment dans La Lettre du Continent, publié en France.

C’est en ce moment précis que le pouvoir a jugé ‘’utile’’ d’éliminer l’étranger venu à son secours. Un an après sa mort, je comprends que le Franco-canadien était dans le vrai, lorsqu’un rapport de l’Union européenne sur « l’argent du cacao », publié fin 2005, a fait, également, état de malversations.

Mais, le pouvoir d’alors était dans sa logique de faire feu de tout bois. Si bien que lorsqu’un documentaire intitulé « Guy-André Kieffer : un journaliste qui dérangeait » a été réalisé par Bernard Nicolas et diffusé sur Canal + dans le cadre de Jeudi investigation fin mai 2008. Qui, lorsque reprise sur France 24 par Ulysse Gosset, a suscité des polémique auprès de sa famille et de ses proches, le président Laurent Gbagbo a eu l’audace de déclarer qu’« en temps de guerre, la mort de Guy-André Kieffer n’était qu’un détail ». C’est à croire que vous comprendrez comme moi, que le Journaliste franco-canadien est effectivement mort dans les bras de Laurent Gbagbo, actuellement à la prison de Scheveningen.

Osange Kieffer, l'épouse du Journaliste Franco-canadien. Crédit Photo: DR
Osange Kieffer, l’épouse du Journaliste Franco-canadien. Crédit Photo: DR

Si oui !

Entre le 16 avril 2004 et le 16 avril 2013, cela fait exactement 9 ans que sa famille cherche son corps pour lui rendre une sépulture digne de son passage sur terre. Au moment où le tombeur de Laurent Gbagbo arrive au pouvoir en avril 2011, en l’occurrence le président Alassane Ouattara, Mme Osange Silou-Kieffer croit frapper à la bonne ‘’porte’’ pour récupérer « le reste » de sa moitié.

    Nous attendons du président Hollande qu’il ait la même détermination que le président Ouattara aujourd’hui. (…) » Nous lui avons demandé de parler du dossier avec le président Ouattara pour nous rassurer, pour être sûrs qu’aussi bien du côté de la France, que du côté de la Côte d’Ivoire, le dossier Guy-André Kieffer ne soit pas un dossier enterré », a-t-elle indiqué, lors d’une visite du président ivoirien sur les bords de la Seine.

Que nenni !

Le 6 janvier 2012, le nouveau régime des Houphouëtistes fait vite de crier victoire lors de la découverte d’un ‘’squelette de blanc’’ dans la région d’Issia, à l’ouest de la Côte d’Ivoire. Malheureusement, c’était de la poudre aux yeux. Car, en suivant mon regard, vous vous rendrez compte que, heureusement, des grands laboratoires de Paris ont démontré par A+B qu’il ne s’agissait pas des ‘’restants’’ de Guy-André Kieffer.

De ce pas, je continu donc de me poser la question à savoir : comment est-ce que Ouattara pourra ‘’ressusciter’’ le Journaliste franco-canadien, mort dans les bras de Gbagbo au Palais présidentiel d’Abidjan-Plateau, au nom de l’amitié qui nous lie à la France ? À moins que le nouveau locataire ne s’embourbe !

FBI

Partagez

Commentaires

josianekouagheu
Répondre

Il fallait nous reparler de cette affaire Fofana. Mais dis pourquoi il n'y a vraiment pas de suite dans l'affaire? Pourquoi ce silence? On m'a toujours dit que toute affaire avait une fin. N'est-ce pas le cas ici? Au Cameroun, l'affaire a été bien médiatisé. Mais apparemment, les instigateurs courent toujours...

Fofana Baba Idriss
Répondre

Il faut dire qu'après deux ans de gouvernance du successeur de l'ex-président Gbagbo, la famille de Kieffer espérait mettre à nu tout le mystère qui entoure l'assassinat du journaliste Franco-canadien. Mais, apparement, le problème ne connait pas de dénouement comme cela avait été promis par le pouvoir Ouattara.

Mylène
Répondre

Vraiment intéressant. J'avais entendu parler de cette sombre affaire, dramatique, mais je n'en avais pas retenu les tenants et aboutissants. Beaucoup d'éléments sont déjà sortis, mais il est sûr que cela serait mieux de connaître toute la "vérité". J'espère que tu reviendras sur le sujet si de nouveaux éléments apparaissent.

Fofana Baba Idriss
Répondre

Vraiment! Je reviendrai sur ce sujet à chaque fois que besoin se fera sentir. Notre souhait serait que cette affaire soit élucidée de fond en comble afin que la vérité, toute la vérité soit su. Merci pour le commentaire.