Abidjan, les femmes des détenus de la crise réclament leurs maries !

Comme dirait l’artiste. « Lorsque la vie est belle dans une famille, c’est qu’il y a un bon chef ». Les femmes des détenus de demandent pas plus que ça. Elles qui, depuis plus de deux ans, ont perdu l’affection de leur époux, ne demandent qu’une seule chose : le retour du sexe fort au foyer.

Pour redonner le sourire à toute la famille. C’est à croire que même si les autorités leur donnaient tout l’or du monde, elles ne seraient pas heureuses si leurs moitiés sont en prison, si leurs enfants ont la mine grise, si elles vivent une vie mélancolique de cœur brisé. « La réconciliation se fait avec le cœur. Si on n’est pas heureux, on ne peut pas se réconcilier avec autrui. C’est pourquoi nous voulons que nos maris sortent de prison. Et puis, les autorités dorment avec leurs femmes quand même. Nous avons besoin de nos maris. On ne peut pas rester comme ça. En tout cas que les autorités fassent quelque chose », a confié Billaud Marianne, porte-parole adjointe du Collectif des femmes des détenus de la crise post-électorale.

Il est clair que, malgré la nouvelle loi qui rend la femme chef de famille, l’homme reste un « chef irremplaçable » dans le foyer conjugal.

FBIYAY

The following two tabs change content below.
Fofana Baba Idriss
Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où j'anime notamment des chroniques politiques et parle aussi de culture et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, j'ai occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *