Guillaume Soro dans le viseur de la mort ?

Au moment où le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire se trouvait à Ottawa, au Canada, du 4 au 8 juillet 2014, pour la réunion du Bureau de l’Assemblée des parlementaires francophones (APF), des colporteurs de mauvaises nouvelles annoncent la fin des jours de Guillaume Soro.

Guillaume Soro est-il malade ? Si oui, pendant combien de temps va-t-il vivre? En tout cas, ces interrogations méritent d’être posées. Faut-il demander aux humains ou à Dieu ? Où au ‘’monde virtuel’’ ? Ceci, parce que les ennemis de la République, tapis dans l’ombre, sous le couvert du Net, veulent en finir avec le N°2 de la République.

Comme s’ils annonçaient la fin du séjour terrestre du président du Parlement ivoirien pour créer certainement un branle-bas au sein de l’opinion, les hagiographes ont d’abord pris le soin de pirater le site internet de la Lettre du Continent (LC) avant de distiller la bonne nouvelle (sic) aux abonnés du bimensuel panafricain le 5 juillet. Et, dans leurs publications, les bonimenteurs affirment sans vergogne que le PAN aurait rédigé une note sur le site des Forces nouvelles pour annoncer, le jeudi 30 juin dernier, à Bouaké, qu’il souffrirait d’une maladie incurable. Une rare maladie cardiaque, selon eux, qui mettrait la vie du ‘’tchênigbanani’’ en danger.

« Il y a deux mois, on m’a diagnostiqué une rare maladie incurable appelée l’amylose, a écrit l’homme politique ivoirien. Cela provoque une production anormale de protéines qui se dépose sur mon cœur. Cela raffermit mon cœur et les docteurs ne savent combien de temps j’ai à vivre. Au début, ils pensaient en termes d’années, mais maintenant ils pensent que ce pourrait être beaucoup moins long. On pourrait parler de mois ou de semaines », aurait publié Guillaume Soro, le 30 juin 2014, selon les colporteurs de l’information. Les mêmes ont tenté de le reprendre le 5 juillet 2014, au nom et pour le compte de la Lettre du Continent. Entre nous, cette ‘’broutille’’ ne ressemble-t-elle pas à un tissu de mensonge cousu de fil blanc ? Rien que du vent…

La riposte du cabinet du PAN !

Le président du parlement ivoirien, à Ottawa, au Canada. Ph: Sercom Pan
Le président du parlement ivoirien, à Ottawa, au Canada. Ph: Sercom Pan

Après avoir analysé et décelé ladite alerte, le directeur de la Communication du PAN, Moussa Touré, présentement aux côtés de son patron, à Ottawa, a vigoureusement réagi en dénonçant « le faux absolument grossier » que la publication représente. Selon lui, la ‘’nouvelle’’ est tellement mal conçue dans sa diffusion que ‘’c’en est presqu’une injure pour notre intelligence et pour l’intelligence de ceux que l’on tente de suborner par cette lettre’’.

A en croire Moussa Touré, la dernière visite du PAN à Bouaké date de janvier 2014. Bien plus, il révèle également que le site des FN n’existe plus depuis au moins quatre ans, puisque ledit mouvement a fait l’objet d’une dissolution. D’ailleurs, ajoute le Conseiller spécial du PAN, « ce n’est pas sur un site internet que le N°2 de l’Etat de Côte d’Ivoire annoncera sa prochaine mort ». Tout en indiquant qu’ils ne sont ni « effrayés, ni inquiets », Moussa Touré explique avoir remonté ‘’la piste numérique du ou des criminels’’.

A cet effet, il rassure que les premiers résultats de ses investigations ont abouti à des éléments concrets qu’il a transmis à son patron, Guillaume Kigbafori Soro. Au dire du N°1 de la Communication du président du Parlement ivoirien, le directeur de la Lettre du Continent, se prononçant sur la publication qui a été piratée et utilisée comme ‘’cheval de Troie’’, a écrit au cabinet du PAN pour l’informer du piratage de leur site internet et signifié avoir engagé, lui aussi, ses équipes techniques pour retrouver les traces de l’auteur du crime.

Accusée, la Lettre du Continent se défend…

Effectivement, dans son alerte N° n°685 du 07/07/2014, LC a condamné avec fermeté une telle usurpation de son titre pour diffuser des informations ‘’sans aucun fondement’’, dans un but évident de déstabilisation politique. « Une alerte frauduleuse reprenant le logo et le graphisme de La Lettre du Continent, a été diffusée le 5 juillet par e-mail auprès de nombreux internautes. Elle est intitulée « Côte d’Ivoire : Guillaume Kigbafori Soro atteint d’une maladie incurable ». La Lettre du Continent tient à informer ses lecteurs que ces informations sont totalement fausses et ne proviennent en aucun cas de sa rédaction. Le 29 mai dernier, une autre alerte frauduleuse concernant également la Côte d’Ivoire avait été diffusée de la même manière », s’est défendu le bimensuel panafricain. Qui ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin. Mieux, les responsables de LC entendent saisir la justice pour usurpation du nom. « La direction de La Lettre du Continent étudie la possibilité de porter plainte contre de tels agissements auprès des autorités ivoiriennes et françaises », a précisé la direction de LC dans sa dernière édition. Qu’à cela ne tienne !

L’on est tenté de se poser la question de savoir pourquoi certains s’adonnent à ce ‘’jeu de mort’’ virtuel ? Si au fond, les criminels n’ont pas l’intention d’assassiner physiquement cette personnalité, le moins qu’on puisse dire, c’est que le cynique objectif des détracteurs de Soro vise à affaiblir moralement le concerné et créer un flou dans la tête de son entourage.

FBI

The following two tabs change content below.
Fofana Baba Idriss
Journaliste depuis 2010 et Blogueur depuis 2012 sur la plateforme de Radio France International – Mondoblog – où j'anime notamment des chroniques politiques et parle aussi de culture et faits de société. Ayant également fait des études de Marketing et de Management, j'ai occupé dans différents pays les fonctions d’Assistant en communication politique et Responsable des communications.

1 commentaire sur “Guillaume Soro dans le viseur de la mort ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *