Côte d’Ivoire: guerre entre le ministre et son DG

La Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière (Sicogi) semble s’arroger le titre de promoteur immobilier, dans le cadre de la construction des logements sociaux. Chose que le ministère de la Construction, la tutelle, n’admet pas.

Pour pallier le problème de logement des Ivoiriens, l’Etat a décidé de mettre en place le Programme présidentiel de logements sociaux et économiques. C’est-à-dire des maisons individuelles évolutives, des maisons en bande et des maisons en hauteur. Ainsi, le 28 mars 2013, le ministre de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, Mamadou Sanogo, a procédé au lancement de l’opération de pré-souscription des logements.

Ce programme devrait aboutir à la construction de 60 000 logements sur l’étendue du territoire national, dont 50 000 dans le district d’Abidjan et 10 000 à l’intérieur du pays. Au moment où l’opération bat son plein, une bataille surgit entre le ministre de tutelle, Mamadou Sanogo et le directeur général de la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière (Sicogi), Camara Loukimane. En effet, selon les informations, il revient à la Sicogi de recevoir les soumissionnaires.

Actes de défiance !

Pour cette opération, deux grands groupes de personnes ont été choisis. La première catégorie concerne les ménages éligibles aux logements sociaux ou économiques. Il s’agit des Ivoiriens à revenus modestes, qui ont besoin de l’appui de l’Etat pour accéder à leur premier logement. Ce sont tous ceux dont le revenu mensuel est inférieur ou égal à 400 000 F Cfa, qu’il s’agisse de salariés ou particuliers.

La deuxième catégorie de personnes est constituée des ménages non éligibles. Ce sont les Ivoiriens dont le revenu est supérieur à 400 000 F Cfa les non nationaux ou toutes les personnes qui sont déjà propriétaires d’un logement. Ceux-ci sont invités à souscrire pour des logements de standing, pour des terrains semi-viabilisés ou entièrement viabilisés par des promoteurs immobiliers, agréés par le ministère de la Construction, donc l’Etat.

Malheureusement, depuis un certain temps, la Sicogi s’est arrogée le titre de promoteur en la matière. Lors des différentes visites d’Etat du président de la République à l’intérieur du pays, il était donné de voir des affiches publicitaires de cette structure inonder les rues. Faisant croire, du coup, qu’elle réalise des logements sociaux dans le cadre du Programme présidentiel d’urgence (PPU).

A Bouaké, le patron de la Sicogi, Camara Loukimane l’a même réitéré lors d’une interview télé. Dans cette logique, des journaux proches du parti au pouvoir n’ont pas hésité à accompagner la Sicogi. Une manière de faire la promotion de ladite structure. Il n’en fallait pas plus, selon des sources, pour que le ministre en charge de la Construction, Mamadou Sanogo tape du poing sur la table, pour mettre fin à ce qu’on pourrait qualifier de ‘’publicité mensongère’’ de la Sicogi dans la presse. Estimant qu’il ne fallait pas vendre du faux, puisque la Sicogi ne dispose d’aucune réserve foncière.

« La Sicogi ne figure pas sur la liste des promoteurs immobiliers retenus pour la réalisation de ce programme présidentiel. Elle n’a pas déposé ses dossiers à temps. Nous lui avons demandé de venir expliquer sa stratégie de production de logements pour les Ivoiriens. Cela n’a pas été fait. Il a été également demandé à l’ensemble des promoteurs d’ouvrir des comptes séquestres pour sécuriser les fonds versés par les différents pré-souscripteurs. Malheureusement, elle n’a rien fait du tout. La Sicogi a des programmes qu’elle continue d’exécuter normalement. Mais, pour le moment, nous considérons qu’elle n’a pas été agréée par le ministère de la Construction pour la réalisation des logements sociaux », a répliqué Doumbia Brahima, directeur du Centre de facilitation des formalités d’accès aux logements (Ceffal).

Selon lui, la vision du ministre est totalement contraire à celle pratiquée par le DG de la Sicogi, à travers ces ‘’effets d’annonce’’. Car, dira-t-il, tout cela n’est que du tapage inutile, qui ne repose sur aucun fondement solide. « Parce que nous ne voyons pas aujourd’hui quel est l’établissement bancaire qui pourra accompagner cette entreprise », a révélé Doumbia Brahima.

Une restructuration se prépare

A l’en croire, la Sicogi est en difficulté, avec un bilan cumulé de dettes sur les trois années. « Elle accuse un déficit de près de 7 milliards F Cfa. Ces données financières sont disponibles et vous pouvez les vérifier. Ce qui est étonnant, nous ne voyons pas les réserves foncières dont elle dispose pour la réalisation de ces logements. C’est gênant ! Une structure sous tutelle ne doit pas agir comme elle le fait. Elle doit se conformer aux prescriptions de la tutelle et exécuter ce que le ministère lui demande », a confié le directeur du CeffalL.

A cette allure, une rivalité entre le ministre et son directeur général est palpable. Elle pourrait même créer un blocage au niveau de la construction des logements sociaux. Selon nos sources, la Sicogi rend compte à la présidence de la République, alors qu’elle est sensée être régie par le ministère de la Construction, au même titre que l’Agence de gestion foncière (Agef).

Dans le cadre du Programme présidentiel de logement, le BNETD visite les chantiers de la SICOGI, le mardi 29 Janvier 2014. Ph: DR
Le BNETD visite les chantiers de la Sicogi, le 29 janvier 2014. Ph: DR

En tout état de cause, Mamadou Sanogo serait très remonté contre Camara Loukimane, directeur général de la Sicogi. Une guéguerre entre cadres du Rassemblement des républicains (RDR). La structure tente de défier l’autorité ministérielle. Pour mettre fin à cette crise, le ministre en charge de la Construction compte mettre de l’ordre au sein de cette structure. Selon des sources bien informées, Sanogo Mamadou envisage une restructuration de cette entreprise, en renforçant ses capacités. Afin qu’elle puisse continuer sa mission de manière efficace. Comme ce fut par le passé avec la construction de cités pour les populations ivoiriennes.

Malheureusement, la direction actuelle, depuis son arrivée, il y a deux ans, n’a réalisé aucun programme de logements. Cette entreprise ne vit que sur les programmes antérieurs, notamment ceux d’Abobo, route de Bingerville et PK 18 qui sont des programmes initiés avant l’arrivée de la direction actuelle. « Cela pose un véritable problème », déplore Doumbia Brahima. Malgré tout, la Sicogi n’en démord pas. Elle annonce plusieurs programmes de logements sociaux en cours de réalisation à travers le pays. Alors, on est tenté de se demander jusqu’où ira le ministre de la Construction et le DG de la Sicogi avant de penser aux problèmes de leur population?

FBI

The following two tabs change content below.
Fofana Baba Idriss
Journaliste-Blogueur, volontaire de la bonne cause !

2 commentaires sur “Côte d’Ivoire: guerre entre le ministre et son DG

  1. Je faisais un travail et mes recherches sur google m’ont conduit sur le site j’ai eu quelques brides d’informations satisfaisantes. Voila l’un des atouts du blogging.
    Merci man!

    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *