A Abidjan, l’opposition dénonce l’élection du président de la Commission électorale

L’Alliance des forces démocratiques de Côte d’Ivoire (AFD) conteste toujours l’élection de Youssouf Bakayoko, à la tête de la Commission électorale indépendante (CEI). Les 11 membres de ce groupement de l’opposition ivoirienne, dont le parti de Laurent Gbagbo, le FPI, l’a fait savoir ce le lundi 8 septembre, au siège du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (RPPP), à Cocody.

 

Youssouf Bakayoko, réélu président de la Commission électorale ivoirienne. Ph: Dr
Youssouf Bakayoko, réélu président de la Commission électorale ivoirienne. Ph: Dr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Danièle Boni Claverie était dans tous ses états. Au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée, la première vice-présidente de l’AFD a dénoncé avec ‘’la dernière énergie’’, un « manque de consensus » dans le choix de Youssouf Bakayoko comme président de la CEI. Rappelons que Youssouf Bakayoko a déjà été désigné à la tête de la commission en février 2010.

Dans son propos liminaire, la numéro 2 de l’alliance regroupant 11 partis de l’opposition dont le Front populaire ivoirien (FPI) s’est évertuée à dire que leur ‘’bonne foi’’ a été ‘’abusée’’ et qu’aucun engagement du gouvernement n’a été tenu. « A ceux qui nous accusent de mauvaise foi ou pire de caprice, nous répondons que la CEI n’est pas un gâteau qui se partage pour faire plaisir ou récompenser quelqu’un. Nous avons toujours défendu des principes pour faire évoluer cette institution vers plus d’indépendance, de crédibilité, de transparence. En réclamant le consensus comme mode de fonctionnement et de désignation du bureau, nous avions l’espoir que cela crée petit à petit un climat de confiance entre les protagonistes », a défendu Danièle Boni Claverie.

Poursuivant, l’ancienne ministre de la Communication a tenu à ‘’saluer et féliciter’’ tous ceux qui partagent avec eux le souci de ‘’donner un avenir meilleur à la Côte d’Ivoire par la promotion du jeu démocratique’’. « Nous saluons respectueusement les représentants de la société civile qui ont refusé de cautionner un bureau de la CEI totalement déséquilibré en faveur du pouvoir », a-t-elle ajouté. Non sans faire une adresse particulière à l’endroit du représentant du Mouvement des forces d’avenir (MFA), qui bien que membre de l’alliance au pouvoir, n’a pas voulu s’associer à « ce simulacre d’entente dans laquelle sur4 personnalités composant le présidium, le RHDPH (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) s’attribue 3 places », selon l’AFD.

Danièle Boni Claverie, première vice-présidente de l'Afd.
Danièle Boni Claverie, première vice-présidente de l’AFD.

Mais, malgré tout, la première vice-présidente de l’alliance regroupant la grande partie de l’opposition ivoirienne, a confié aux journalistes qu’il n’est pas question pour l’AFD de ‘’démissionner’’ ou de ‘’quitter’’ la CEI « Tant que nous n’aurons pas été entendus, nous suspendons la participation de nos représentants aux travaux de la Commission. Il ne s’agit pas pour eux de démissionner ou de quitter la CEI. Pour l’heure, l’alliance reste ouverte à toute reprise des discussions. Nous souhaitons que le gouvernement veuille bien respecter ses engagements et que tous les discours officiels sur la transparence ne demeurent point au stade des intentions », a martelé Danièle Boni Claverie.

Pour elle, la CEI est un maillon essentiel dans le processus électoral. C’est pourquoi la numéro 2 de l’AFD croit savoir qu’« il est impératif que le démarrage de la Commission électorale se fasse sous les auspices d’une volonté affirmée de respect mutuel pour aller à des élections apaisées ». A en croire madame Claverie, l’intransigeance n’est pas du côté de l’alliance des partis de l’opposition. Comme dans tout compromis, elle a rappelé que l’AFD a cédé sur un certain nombre de points. Alors que le gouvernement avait fait des concessions, la ministre a déploré qu’« aucune de ces mesures n’ait été retenue ».

FBI

The following two tabs change content below.
Fofana Baba Idriss
Journaliste-Blogueur, communicateur, web activiste, volontaire de la bonne cause !

2 commentaires sur “A Abidjan, l’opposition dénonce l’élection du président de la Commission électorale

  1. Hum, mon cher, tu parles mal dêh. « Bony Clavery veritable hirondelle de chaque saison est donc sans mémoire »… Dans tous les cas, je suis d’accord avec toi, ces gens ont vraiment la mémoire courte. Et, ils pensent pouvoir freiner le monde, sinon le dompter !!!

  2. La question politique en Cote divoire se traite comme le partage d’un gateau de mariage. Chaque invité selon son rang, s’attends à une part. Ceux qui ne recoivent aucune part maudissent intérieurement pour juste une portion de farine, alors qu’ils se sont goinfrés de tout ce qui était au menu ou sur leur table. Bony <Clavery veritable hirondelle de chaque saison est donc sans mémoire, tout comme ses alliés du FPI! Une chose est sure, ils peuvents continuer de jaser….Ca va aller un jour si LG revient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *